Que faire si vous avez trouvé un oiseau bagué ?

Que faire si vous avez trouvé un oiseau bagué ?

Il se peut que certains d’entre vous, lors de vos sorties, se soient déjà trouvés face à un oiseau bagué. Une question se pose alors : que faire ?

Les bagues sont un outil essentiel pour améliorer les connaissances sur les espèces, sur leurs trajets migratoires ou leurs simples déplacements. De ce fait, toute observation d’oiseau bagué a son importance.

Avant toute chose, il est utile de savoir distinguer les trois types de bagues : les bagues métal, les bagues dites « fermées » et les marques de couleur. Un oiseau peut être marqué de plusieurs bagues qui se liront alors de gauche à droite (patte gauche puis patte droite de l’oiseau) et de haut en bas.

Dans tous les cas, lorsque l’on trouve un oiseau bagué, il est indispensable de noter la date et l’heure de la découverte, le lieu exact (en particulier, la commune), l’espèce (si vous la connaissez, ou la famille) ainsi que les circonstances de la découverte : l’animal est-il mort ou vivant ? Comment se présente-t-il : est-il maigre, à l’état de squelette, a-t-il été victime de prédation, y a-t-il d’autres oiseaux morts autour ?, etc.
Si l’oiseau est vivant et bien portant alors, au-delà des renseignements décrits précédemment, il faut simplement lire la ou les bague(s), de patte gauche à patte droite et de haut en bas. Toute photographie, même précaire, est encouragée.
Si l’oiseau est vivant mais blessé, il nécessite d’être porté dans un centre de soin agréé, non sans avoir lu la bague au préalable. A noter le nom du centre de soin s’occupant de l’animal, donnée à transmettre au même titre que les circonstances de la découverte.
Si l’oiseau est mort, pensez à prélever la bague qui pourrait vous être demandée par les différentes structures en charge des baguages.

Les bagues fermées

bague_1

Les bagues fermées sont placées sur l’oiseau dès son plus jeune âge. Elles sont réservées aux oiseaux issus d’élevage qui peuvent être des espèces exotiques domestiques (canaris, perruches, perroquets, inséparables…) ou bien des appelants pour la chasse au gibier d’eau (canards notamment).
Ces bagues présentent plusieurs informations dont l’année de naissance de l’oiseau, le pays dont est issu l’oiseau (« F » signifiant France), le numéro de l’éleveur ainsi que le sigle de l’association bagueuse.
Ainsi, si vous trouvez un de ces oiseaux, il est possible de contacter l’association bagueuse qui pourra faire le lien entre le numéro de l’éleveur et les coordonnées de celui-ci.

Les oiseaux de concours type pigeon voyageur possèdent eux une bague matricule qui comprend le pays de naissance, le numéro de matricule et l’année de naissance de l’oiseau. Certains pigeons possèdent également une bague comprenant les coordonnées du propriétaire, que vous pourrez alors contacter directement.
Si seule la bague matricule est présente, alors il suffit de joindre la Fédération Colombophile Française. Leur site internet possède également un moteur de recherche utilisant le numéro de matricule et l’année de naissance de l’oiseau, et qui permet de connaître le nom du propriétaire.

Les marques colorées
busardcendre_alLes oiseaux équipés d’une marque colorée – qu’elle soit située à la patte (bague), à l’aile (marque alaire) ou au bec (selle nasale) – font partie d’un programme de conservation ou de suivi scientifique spécifique. Comme pour toute observation, il est important de noter la date et l’heure de la découverte, le lieu exact ainsi que les conditions : oiseau vivant ou mort, etc. Si l’oiseau est mort, prélevez, là encore, la bague.
Ensuite, pour signaler l’oiseau, vous devrez rechercher le programme auquel il appartient. Pour ce faire, rendez-vous sur le site http://www.cr-birding.org/ (attention, le site est en anglais !). Cliquez sur « Into field-observer » puis « Find a colour-ring project », renseignez ensuite le nom latin de l’espèce (ou le nom vernaculaire anglais, si vous le connaissez), le type de bague (la combinaison de couleurs, le type de code…). Vous obtiendrez alors des renseignements tels que les coordonnées de la personne référente en charge du programme, à contacter, ainsi que des commentaires sur le programme en question.

Les bagues métal
baguecig_dbEnfin, pour les bagues en métal, aussi appelées «bagues muséum» car appartenant aux muséums nationaux, la démarche est similaire. Muni de tous les renseignements décrits plus haut, vous pouvez contacter le Centre de Recherches sur la Biologie des Populations d’Oiseaux au Muséum National d’Histoire Naturelle ou bien remplir un formulaire EURING. Lorsque l’oiseau est mort, il vous sera demandé de leur envoyer la bague (aplatie et scotchée au courrier récapitulant toutes les informations nécessaires). Vous recevrez ensuite par courrier les détails de la bague notamment l’espèce baguée, les dates de baguage et de mort ainsi que la distance parcourue par l’oiseau. De ce fait, n’oubliez pas d’indiquer votre adresse postale dans tous vos courriers !

Merci d’avance pour votre future lecture de bague et n’hésitez pas à transmettre votre donnée sur faune-touraine.org ou en faire part directement à la LPO Touraine à touraine@lpo.fr !

Cigogne blanche © Didier Barraud