Busard cendré

Busard cendre 2 LAURE DUVALLET

Les oiseaux de plaine comptent parmi les plus menacés en France.
Ainsi, les effectifs des oiseaux communs liés au milieu agricole ont chuté de 25% en 20 ans. Les populations de busard cendré n’échappent pas à ce déclin. Vulnérable au niveau national, un simple geste suffit pourtant à les sauver.

De 60 à 80 couples de busards cendrés reviennent d’Afrique au printemps pour fréquenter les secteurs riches et diversifiés de Touraine, du plateau de Sainte-Maure au secteur du Richelais en passant par le nord des Gâtines.

Facile à observer avec son vol plané très bas au-dessus des champs, le busard cendré se reconnaît à sa silhouette fine et élégante. Le mâle, avec son plumage gris cendré et le bout des ailes noir, a donné son nom à l’espèce. La femelle, quant à elle, est brune avec une tâche blanche bien visible sur le croupion.

Espèce emblématique des plaines agricoles, le busard cendré installe son nid au sol dans les cultures céréalières (blé, orge). Allié des agriculteurs, il se nourrit principalement de campagnols et de sauterelles vertes, abondantes en été. Jeunes busards cendrés au nid © Benjamin GriardPourtant, à la période des récoltes, les jeunes busards incapables de voler sont happés par les moissonneuses.

La protection des busards tourangeaux demande chaque année un investissement de plus en plus important, avec 22000 kms parcourus et plus de 1500 heures de présence sur le terrain.

Depuis 2007, des passionnés de la LPO Touraine et des agriculteurs s’investissent pour sauvegarder les nichées de busards sur tout le département. D’avril à août, Benjamin Griard, bénévole, repère une trentaine de nids, contacte les exploitants agricoles et protège les nichées. Son intervention permet de sauver 60% des poussins de busard cendré.

Partout en France, des agriculteurs s’investissent dans la sauvegarde du busard cendré. Vous aussi, contribuez à leur protection par quelques gestes simples :

  • Nous prévenir lors de la découverte d’un nid.
  • Nous autoriser à pénétrer dans les cultures.
  • Nous avertir des dates de moissons.
  • Préserver 1 m² de culture autour du nid.
  • Accepter de poser une protection grillagée.

Les commentaires sont fermés, mais les trackbacks et pingbacks sont toujours ouverts.