Chirocam

Le Château de Villandry accueille chaque année autour du mois d’avril une colonie de chauves-souris de l’espèce des grands murins suivie depuis plusieurs années déjà par la LPO Touraine. Elles se retrouvent dans les combles du Château pour donner naissance à leurs petits et les élever.

Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco et très investi dans la préservation de la biodiversité, le Château de Villandry est conscient de l’importance du rôle qu’il joue pour la conservation des chauves-souris. C’est pourquoi le retour de cette colonie de Grand Murin est attendu avec impatience ! D’autant qu’à partir de cette année, il sera possible de découvrir sa vie au Château grâce à deux caméras infrarouges installées dans les combles.

Les chiroptérologues de la LPO Touraine pourront ainsi acquérir de nouvelles connaissances sur la biologie et le comportement du Grand Murin.

La LPO Touraine sensibilise le plus grand nombre d’entre nous sur ces petits mammifères, le rôle qu’ils jouent dans la nature et les dangers qui les menacent.

Pour cela, les images enregistrées dans les combles seront projetées en direct dans une salle du Château à destination des groupes d’enfants qui pourront découvrir la vie de ces animaux encore mal connus. Grâce à un panneau explicatif, les visiteurs feront eux aussi la connaissance des chauves-souris du Château. Enfin, pour ne rien manquer, des extraits de moments forts de la vie de la colonie seront retransmis sur cette page. N’hésitez pas à la consulter régulièrement !

Saison 1 – Épisode 0 : L’installation des caméras

Les chauves-souris se trouvent à l’extrémité de l’aile ouest du Château de Villandry. La colonie a pour habitude de se plaquer contre le toit et au-dessus de la panne faitière au niveau de l’intersection des deux pans de toit soit à 10m du sol. La charpente du bâtiment réduit considérablement le champ de vision. Ainsi, pour s’assurer de pouvoir filmer correctement la colonie, deux caméras ont été fixées de part et d’autre du grenier à mi-hauteur à des endroits stratégiques où nous avons constaté des traces de présence de la colonie (bois plus sombre dû au sérum et à l’urine des chauves-souris présentes depuis de nombreuses années). Enfin, ces caméras peuvent zoomer, pivoter à 360° et sont accompagnées de projecteurs infrarouge. L’installation a été réalisée avec l’aide de Tanguy Stoecklé de Noctilio Productions.

 

Saison 1- Épisode 1 : Les chauves-souris s’installent au Château !

Nous avons eu une heureuse surprise le 11 avril dernier ! Lors de notre passage au Château de Villandry, nous avons constaté que la colonie était arrivée. Nous avions eu quelques signes avant-coureurs fin mars avec l’arrivée des beaux jours, une chauve-souris avait été entendue à l’intérieur du grenier. Cette fois ce n’est pas une, mais 70 chauves-souris qui sont arrivées et se sont agglutinées les unes contre les autres sur un espace réduit pour se tenir chaud, les jours étant encore frais à cette période. Deuxième bonne nouvelle : la colonie s’est placée exactement en face d’une des caméras… A croire que ces chauves-souris sont déjà des stars du petit écran !

 

Saison 1- Épisode 2 : Les chauves-souris partent en chasse !

Les grands murins, comme toutes les chauves-souris présentes en France, sont des animaux nocturnes. Elles vont donc sortir à la tombée de la nuit pour se nourrir d’insectes. Juste avant la sortie du gîte les chauves-souris sont très agitées, elles se toilettent, s’étirent, se grattent et enfin s’envolent pour se mettre en chasse ! Le Grand Murin est une espèce qui sort chasser relativement tard, après 22h, car elle est très lucifuge (sensible à la lumière). Les individus partent chasser au fur et à mesure : il peut s’écouler plus d’une heure entre le départ de la première chauve-souris et celui de la dernière. Selon les conditions météorologiques, les chauves-souris pourront rester plus ou moins longtemps à chasser. Si les conditions sont optimales (température pas trop basse, pas de pluie) elles rentreront un peu avant le lever du soleil.

 

Saison 1- Épisode 3 : Carnet rose – Les bébés chauves-souris sont arrivés !

Le 19 mai dernier, les premières images de jeunes de la colonie ont été capturées ! Ce n’est qu’une fois les mères parties en chasse que nous pouvons les observer. Tous petits, nus avec les yeux fermés, ils ont à peine quelques jours. Chez le Grand Murin, les naissances peuvent avoir lieu à partir de mi-mai et ce jusqu’à début juin. Les jeunes ouvriront leurs yeux à partir de 3 à 6 jours  et seront allaités par leur mère pendant au moins 4 semaines. Durant la nuit, un système de nurserie s’organise : seulement quelques femelles restent au gîte pour s’occuper de tous les jeunes pendant que le reste de la colonie sort se nourrir. Un système de roulement est mis en place entre les femelles de telle sorte que toutes puissent sortir se nourrir régulièrement tout en gardant un œil attentif sur les jeunes. Malignes ces chauves-souris !

 

Saison 1- Épisode 4 : Jamais sans ma mère !

Une mère se déplace tant bien que mal dans le gîte avec son jeune dont seules les pattes dépassent (il s’est bien caché, saurez-vous le retrouver ?). La femelle possède deux tétines : une sur chaque côté du corps, sous les ailes. Lors des déplacements et pour ne pas tomber, le jeune s’accroche fermement à l’une des tétines de sa mère. Cette dernière le maintient en l’enveloppant dans son aile. Apparemment, l’expression « prendre sous son aile » n’est pas réservée qu’aux oiseaux !

 

Saison 1- Épisode 5 : Tremblements chez les chauves-souris !

Durant les premiers jours, le jeune ne veut pas quitter sa mère et semble vouloir rester accroché à elle en permanence. La nuit tombée, cette dernière doit partir chasser pour se nourrir et pour continuer de produire du lait. La mère va inciter le jeune à lâcher prise en émettant une série de secousses. Sur cette séquence, il aura fallu en tout 6 minutes au jeune pour laisser partir sa mère.

Saison 1- Épisode 6 : Une nounou d’enfer

Parfois, les jeunes se retrouvent seuls dans le gîte. Dépourvus de poils, ils n’arrivent pas encore à réguler leur température. Lorsque les nuits sont fraîches, les jeunes n’hésitent pas à se rassembler les uns contre les autres pour se tenir chaud en attendant le retour d’un ou plusieurs adultes. Mais rien ne vaut la chaleur réconfortante émanant d’une fourrure d’adulte !

 

Saison 1- Épisode 7 : Petite chauve-souris devient grande

Chez les chauves-souris, bien que chaque femelle ne donne naissance qu’à un unique jeune par an, les naissances au sein d’une colonie peuvent-être espacées de quelques jours. C’est ce que nous observons chez notre colonie de Grand Murin. Les premiers jeunes sont nés mi-mai et ont grandi très rapidement. Nous pouvons observer deux d’entre eux au centre de cette séquence vidéo, les yeux bien ouverts et le corps recouvert de poils. Sous les deux jeunes placés au centre de la caméra ainsi qu’à gauche, deux individus encore petits et nus nous laissent penser qu’ils sont nés plus tard, certainement fin mai. À ce stade, nous pouvons encore facilement reconnaitre les adultes autour. Si vous les observez bien, nous pouvons apercevoir l’un des jeunes, le museau en l’air et la gueule ouverte, en train d’émettre des cris, certainement des cris sociaux (audibles pour l’Homme) pour appeler sa mère, ou des ultrasons pour se repérer dans l’obscurité du grenier.

 

Saison 1- Épisode 8 : Canicule au Château de Villandry

Les chauves-souris aiment la chaleur, c’est pour cela que la plupart du temps elles sont rassemblées en grappe compacte. Cependant, quand les températures sont très élevées, comme ce fut le cas lors des derniers jours en Indre-et-Loire, les chauves-souris se dispersent sous les combles. En fonction des heures de la journée, les chauves-souris vont migrer vers le bas des combles pour rester dans des gammes de températures tolérables.

 

Saison 1- Épisode 9 : Bande de jeunes

Les jeunes de l’année continuent de grandir, il devient de plus en plus difficile de les reconnaître parmi les adultes. Sur la séquence ci-dessous, un groupe de jeunes est rejoint à la fin par un adulte. Même avec des images en noir et blanc, nous pouvons percevoir qu’ils ont leurs poils plus clairs notamment au niveau du cou et du ventre. Réussirez-vous à les compter ?

 

Saison 1- Épisode 10 : Il pleut, il mouille…

Par temps de pluie, les chauves-souris réagissent généralement comme nous : elles restent à l’abri et bien au chaud dans leur gîte. Seulement quelquefois, il y en a certaines qui semblent être plus téméraires que d’autres et qui reviennent au gîte trempées. Pouvons-nous vraiment parler d’audace les poussant à sortir même lorsqu’il pleut ou ont-elles été surprises par une averse en plein milieu de leur chasse aux insectes ?

 

Saison 1- Épisode 11 : L’émancipation des jeunes

Désormais les jeunes chauves-souris sont quasiment toutes autonomes et ont atteint leur taille adulte comme on peut le voir sur la vidéo. Un très faible taux de de mortalité est à recenser cette année malgré des conditions météorologiques pas toujours favorables. Les jeunes sont en moyenne sevrés au bout de 9 semaines, mais bien sûr ils n’ont pas attendu que leur mère arrête de s’occuper d’eux pour aller explorer le vaste monde ! C’est au bout de 4 à 5 semaines que les jeunes vont commencer à voler, pour découvrir les rudiments de la chasse aux insectes et ainsi commencer à se débrouiller seuls. Au courant du mois d’août, comme leurs petits sont presque tous autonomes, les chauves-souris vont quitter petit à petit leur gîte estivale pour se diriger vers les sites de reproduction.

 

Saison 1- Épisode 12 : Dure, dure la vie de chauve-souris !

La rentrée scolaire approche, c’est aussi la période durant laquelle les colonies de chauves-souris commencent à quitter leur gîte d’estivage pour se disperser vers des gîtes de transits où mâles et femelles se retrouverons pour s’accoupler. À Villandry, les jeunes sont maintenant adultes et autonomes, les femelles sont sur le départ. Généralement, les jeunes quittent le gîte un peu plus tard que les adultes. Revenons sur quelques séquences phares de la saison !

Saviez-vous que le Grand Murin est l’une des espèces les plus grosses présentes en Touraine ? Avec une envergure d’environ 45 cm et avoisinant les 30 g, cette espèce est tout à fait capable de passer dans des trous de souris ! En début de séquence, nous pouvons apercevoir un adulte entrer dans le gîte par une petite ouverture dans le toit d’une dizaine de centimètres permettant la ventilation du grenier. En même temps, sur la droite de la vidéo, se trouve un jeune Grand Murin qui s’étire, baille, se nettoie… Que la vie semble difficile !

 

Merci à nos partenaires :

 

 

 

 

Toutes les vidéos sont la propriété de la LPO Touraine