Au secours de l’Hirondelle de rivage

Au secours de l’Hirondelle de rivage

Hirondelle de fenêtre, Hirondelle rustique, Martinet noir… Autant d’oiseaux que l’on connaît et que la Ligue pour la Protection des Oiseaux tend à protéger depuis plusieurs années. Mais il y en a un dont on parle moins, c’est l’Hirondelle de rivage, Riparia riparia.

Avec ses douze centimètres de longueur, elle est considérée comme l’une des plus petites hirondelles (Svensson et al., 2014). Plus discrète que ses congénères, on la retrouve habituellement, comme son nom l’indique, près des rivages, au bord des points d’eau qu’elle survole pour capturer les insectes. Autre particularité de l’espèce, l’Hirondelle de rivage est un des seuls oiseaux à creuser son nid dans la terre.
En effet, elle a pour habitude de creuser des galeries horizontales, pouvant aller jusqu’à un mètre de profondeur, dans les parois abruptes et meubles des berges, falaises ou même sablières. L’espèce étant très fidèle à son site de reproduction, les nids sont souvent réutilisés d’année en année (Anonyme, 2008).

En Indre-et-Loire, l’Hirondelle de rivage est présente sur les berges abruptes de la Loire et du Cher mais elle peut également nicher dans des milieux artificiels type sablière ou carrière. Par ailleurs, des pans de falaise ou des nids lui sont parfois aménagés.

Répartie sur près des deux tiers du nord du globe, l’Hirondelle de rivage a connu un déclin de ses populations durant les années 1970 à 1990. Et, malgré une stabilité apparente, les populations n’ont toujours pas retrouvé leur effectif initial (BirdLife International, 2004). Aujourd’hui, on en dénombrerait près de 100 000 couples nicheurs en France (Issa & Muller, 2015 ; BirdLife International, 2004).

Bien que l’Hirondelle de rivage bénéficie d’un statut « LC » (Least Concern : Préoccupation mineure) en Région Centre, elle souffre, comme beaucoup d’autres espèces, des effets de la dégradation de son habitat – première cause d’érosion de la biodiversité.
En effet, la banalisation des paysages entraîne la disparition des berges naturelles qui lui servent de gîte de nidification. À cela, on peut également ajouter les dérangements humains, notamment le développement des activités nautiques et touristiques en bord de fleuve.

Partant de ce constat, la LPO Touraine a décidé de mettre en place un programme de suivi de cette espèce. L’objectif est d’obtenir le taux d’occupation des colonies. En cette année 2016, les colonies naturelles (bords de Loire et du Cher) seront prises en photo, ce qui donnera un point de départ pour les années suivantes. Il s’agira ensuite de noter le nombre de « trous » (nids) total, le nombre de trous en bon état (ouverts, absence de toile d’araignées et potentiellement traces de pattes à l’entrée du nid (Nature Québec, 2014)) et le nombre de trous effectivement occupés c’est-à-dire où l’on voit les adultes entrer et sortir. Ainsi, chaque année, nous pourrons effectuer une comparaison de ces données et apprécier l’état des colonies et les effectifs d’Hirondelle de rivage.

Si cette espèce vous intéresse, n’hésitez pas à venir nous aider !
Vous pouvez nous contacter par mail à touraine@lpo.fr

Et n’oubliez pas, pour toutes vos observations d’Hirondelle de rivage ou autres oiseaux, rendez-vous sur www.faune-touraine.org

Références
Anonyme, 2008. Hirondelle de rivage, Riparia riparia (Linné, 1758). Cahiers d’Habitat Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Cahiers Oiseaux, Ministère en charge de l’écologie – MNHN. 6 p.
BIRDLIFE INTERNATIONAL, 2004. Birds in Europe : population estimates, trends and conservation status. BirdLife International, Cambridge (UK). BirdLife Conservation Series no. 12, 374 p.
ISSA Nidal, MULLER Yves (coord.), 2015. Atlas des oiseaux de France métropolitaine. Nidification et présence hivernale. Volume 2 : des Ptéroclididés aux Embérizidés. LPO / SEOF / MNHN. Delachaux et Niestlé, Paris. 1408 p.
NATURE QUEBEC, 2014. Protocole d’inventaire dans le cadre du projet Protection des sites de nidification de l’hirondelle de rivage dans les ZICO du Québec. Nature Québec. 2 p.
SVENSSON L., MULLARNEY K., ZETTERSTRÖM D., 2014. Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé, Paris. 446 p.

Hirondelles de rivage © Léa Noël